top of page

Il y a toujours de la vie et de la lumière malgré le chaos




Il y a 11 ans naissait ma magnifique Elise, le cordon ombilical déchiré au moment de la délivrance. Violence de la rupture du cordon, violence dans la prise de conscience que : ça y est, je deviens « Maman ». Tout d’un coup, je ne suis plus la fille de. Et pourtant, je ne me sens pas mère, je ne me reconnais pas dans cette identité de mère. On me tend ma fille, on me dit : « prenez-la » et je pense fort NON, peut -être dis-je « je ne sais pas (comment on fait) », mais je vois la sage-femme sourire et j’entends « si, si, prenez-là ! » Et instantanément, je l’attrape, je la sens entre mes mains. Elle est là, en chair et en os et je pense : « je l’ai condamnée à mourir » …

Toute la durée du travail je m’étais demandé comment j’allais faire. Et puis en arrière-plan: “Maman aurait su faire, maman aurait su m’aider, Maman me manque, comment vais-je faire sans elle ? comment vais-je devenir maman? »

Regard... Elle ressemble à son père, elle a l’air si fragile. Je me sens si fragile.

Et pourtant, elle s’est accrochée tout du long. Je sais déjà beaucoup de choses sur elle car elle est venue me parler dans mon sommeil. Quel bagage porte-t-elle ? Qu’est-ce que je ne veux pas reproduire ? Il y a une succession de questionnements et d’angoisses à l’idée de l’avoir rendue en un si court instant vulnérable au monde et à ses démons. J’ai mis au monde ma fille et je la condamne à mourir.

Peu à peu, nous prenons notre rythme. Je l’observe. J’interagis avec elle progressivement. C’est elle qui me guide. C’est elle qui m’apprend à devenir maman. Peu à peu, le lien se fait. Nous cocréons notre relation, nous apprenons ensemble à « devenir ».

Aujourd’hui Elise devient une petite femme. Aujourd’hui, c’est elle qui entre dans un autre chaos identitaire, celui de l’adolescence.

Aujourd’hui, ce n’est pas toujours simple. Mais nous sommes fortes de notre expérience. Nous sommes nées toutes les 2, ensemble. Elle grandit et moi j’accepte de vieillir. De devenir la femme-sage. Le cycle de la Vie se dessine encore et encore. Mais en beauté. Il y a toujours de la Vie, de la lumière malgré le chaos.

Rachel

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page